La folie

EXTRAIT

« Ainsi, Docteur Folamour, ou comment j’ai appris à aimer la bombe est une farce tragique sur la bombe atomique, produite en pleine guerre froide par Stanley Kubrick qui en est aussi le réalisateur et le co-scénariste, quand les Russes et les Américains essayaient d’éviter la guerre atomique, capable de détruire la planète, par ce qu’ils appelaient l’équilibre de la terreur.

Le film met en scène la folie mégalomane des super-puissants qui tiennent dans leur main la survie du monde et de l’humanité. Anticommuniste forcené, le commandant Ripper a perdu la raison, il s’est abandonné à son délire de persécution paranoïaque. Il a bouclé sa base aérienne après avoir déclenché le plan R, c’est-à-dire la guerre atomique, il a ordonné à ses bombardiers de lâcher les bombes sur les sites stratégiques de l’URSS. Il annonce aux soldats de sa base que les communistes ont déclenché une attaque généralisée contre les États-Unis. Il leur recommande de se méfier car les soldats russes peuvent prendre n’importe quelle apparence (ils sont comme le Diable). De fait, lorsqu’un bataillon de l’armée américaine arrive pour mettre au pas la base en folie et empêcher le déclenchement de l’apocalypse nucléaire, les soldats sont stupéfaits, leur commandant avait raison, les cocos diaboliques leur ressemblent comme des frères, ils s’exclament : “Ils sont vraiment fortiches, ils sont exactement comme nous !”. Naturellement, ils leur tirent dessus. Mais l’attaque et la prise d’assaut de la base ne sert à rien, le commandant Ripper est allé jusqu’au bout de sa folie. Plus personne ne peut empêcher que les bombes atomiques soient larguées, il est impossible d’éviter la catastrophe et la fin du monde.

L’ambassadeur soviétique, convoqué d’urgence au Pentagone, apprend aux Américains qui l’ignoraient, que les Russes ont préparé une riposte nucléaire de dissuasion, qui répondra automatiquement à toute attaque nucléaire américaine. Une riposte que personne non plus du côté soviétique ne sera en mesure d’empêcher. “Pourquoi préparer une riposte qui empêchera toute attaque nucléaire et ne pas le dire ? hurle le président des États-Unis. « C’est que nous avions prévu de l’annoncer lundi prochain”, répond l’ambassadeur soviétique.

Hélas, au début de la semaine prochaine, il n’y aura plus sur terre un seul être humain vivant ! »