Thot

ÉCRITURE ET MAGIE

Thot, à tête d'ibis

Thot, à tête d’ibis

Thot est le grand maître des scribes. Mais en vérité, il a pris la place de la déesse Seshat. Bien avant lui, c’est elle que les artistes égyptiens représentent avec le calame et l’encrier. Dans les croyances humaines, la femme est toujours associée aux mystères de la vie, mystère de la gestation, mystère de la lactation, mystère de l’apprentissage de la langue, si bien nommée langue maternelle. Il n’est pas étonnant que Seshat soit à la source de l’écriture, liée au langage. Plus tard, quand l’écrit a eu un rôle primordial dans la société de l’Égypte ancienne, les réticences masculines ont remplacé Seshat par le comptable des cycles lunaires : Thot, grand magicien et maître des mensonges.

La Cinquième partie du livre s’ouvre ainsi sur “le maître des signes”, le chamane des religions primitives et l’alchimiste et le sorcier des contes d’hier et d’aujourd’hui : talent divinatoire ou bluff de charlatan ? “Antidote ou anti-Thot ?” réserve au lecteur la surprise de lire sous la plume de deux grands noms de la philosophie et du théâtre français des propos scandaleux de machos pleins de suffisance. Les “Rieurs et blasphémateurs” ont de tout temps vu les censeurs se dresser pour condamner leurs mots impies, jeter leurs livres au feu ou les enfermer dans  “l’Enfer” des bibliothèques. Quand le sexe est encensé par leurs mots pour le dire, “« les «bigots pornocrates »”, selon l’expression du philosophe Joseph Proudhon, voient s’approcher le temps divin de l’extase. Mais parfois, les mots peuvent signer l’arrêt de mort de leur auteur car son but caché est une remise en cause de l’ordre établi, et il est forcé de les affubler du masque ridicule de l’innocence adulte, pour mieux tromper les forces qu’il veut critiquer. “Naïfs et provocateurs”, ou le secret de la lecture entre les lignes.

Films analysés :

  • Les Vikings, écrit par Calder Willingham & Dale Wasserman, d’après Edison Marshall, réalisé par Richard Fleischer, États-Unis, 1958.
  • Harry Potter à l’ école des sorciers, écrit par Steven Kloves, d’après J. K. Rowling, réalisé par Chris Columbus,  Royaume-Uni, 2001.
  • Suzanne Simonin, la religieuse de Diderot, réalisé par Jacques Rivette, coécrit par Jean Gruault, d’après Diderot, France, 1967.

Livres analysés :

  • Harry Potter, Joanne K. Rowling.
  • Essais, Livre 1, chapitre 24 (De la pédanterie), Michel Eyquem, seigneur de
  • Montaigne.
  • Le Bœuf clandestin, Marcel Aymé.
  • Le Nom de la rose, Umberto Eco.
  • Apostille au “Nom de la rose”, Umberto Eco.
  • Le Nouveau Monde amoureux, Charles Fourrier.
  • Le Moulin de la Sourdine, Marcel Aymé.
  • Les Lettres persanes, Charles de Secondat, baron de Montesquieu.
  • Candide, ou l’optimisme, Voltaire.

Pièces de théâtre analysées :

  • Les Précieuses ridicules, Molière.
  • Les Femmes savantes, Molière.