Sauver

EXTRAIT

« C’est la deuxième des situations dramatiques, elle est complémentaire d’implorer car il n’y aurait pas de sauveur s’il n’y avait pas des persécutés qui ont besoin qu’on les sauve.

Dans les fictions, le sauveur n’est pas un simple personnage, il appartient à la race des héros, qui ne doit pas être pris dans le sens de personnage principal de l’histoire mais dans celui d’homme – ou de femme d’exception – faisant preuve d’un courage et d’un caractère inflexibles. Le personnage héroïque sait se dresser contre les lois iniques qu’il n’hésite pas à transgresser pour atteindre le but qu’il s’est fixé, quels que soient les risques qu’il encoure, et il est prêt à faire le sacrifice de sa vie. Le héros ne travaille pas pour lui-même, mais pour les autres, son objectif peut être extrêmement ambitieux, comme celui de Joseph Balsamo, dans le roman d’Alexandre Dumas, dont la devise est “Lillia pedus destrue”, détruire le lys, c’est-à-dire détruire la monarchie des Bourbons qui avaient pour emblème la fleur de lys, afin de débarrasser la France de la tyrannie et préparer la Révolution qui libérera le genre humain.

Le héros n’est pas déchiré par des conflits internes comme les simples personnages, il sait ce qu’il doit faire et il fait ce qu’il doit quel que soit le prix à payer. »