Haïr

EXTRAIT

« Le monde de Tenessee Wiliams est un autre univers de familles qui étouffent sous la haine. Dans Soudain l’été dernier, la jeune Catherine (Liz Taylor) est soi-disant devenue folle après la mort de son cousin (Monty Cliff). Sa tante (Katherine Hepburn) veut lui faire subir une lobotomie, cette affreuse opération du cerveau qui a été très en vogue dans les années 1950 et qui avait hélas pour effet de transformer en légumes des psychotiques. Dans le cas de Catherine, il d’agit d’un “lavage de cerveau”, il faut effacer de sa mémoire une scène dont elle a été le témoin et qui est pour sa tante de l’ordre du scandale absolu. En échange de l’opération, la tante propose de faire une très grosse donation à un hôpital psychiatrique en souvenir de son fils mort l’été dernier d’une crise cardiaque alors qu’il était en vacances au bord de la mer. En fait Catherine n’est pas folle du tout, elle est traumatisée par ce qui s’est passé l’été dernier et le médecin contacté pour l’opération découvre la vérité, Catherine avait été invitée à passer des vacances dans un pays d’Amérique latine par son cousin homosexuel qui se servait d’elle pour attirer les jeunes garçons. Un jour ceux-ci l’ont dépecé sur la plage et cette scène atroce tourmente Catherine. C’est ce souvenir que veut effacer la tante parce que c’est une vérité qu’elle ne peut pas supporter. Lorsque le médecin découvre la vérité, la tante devient folle. Mais Catherine est sauvée.

Dans La Chatte sur un toit brûlant, c’est toute la famille qui s’écharpe, qui s’étripe quand elle se réunit avant la mort du père atteint d’une maladie incurable. Le fils aîné, papa de cinq affreux enfants, ne pense qu’à l’héritage, et le cadet (Paul Newman), qui a le pied cassé, profite de son accident pour refuser de faire l’amour à sa femme (Liz Taylor) qui veut un enfant. Avant d’être père, il lui faut d’abord régler ses comptes avec le sien et vite, avant que ne meure cet homme autoritaire qui ne l’a pas aimé. »