Accéléré

Extrait de la seconde partie du livre.

« Dans Requiem for a dream, quand Sara, la mère, dopée aux amphétamines, s’active plus que de raison dans son appartement, frotte, brosse, récure, astique dans tous les sens, manie l’aspirateur, range, redresse, et frotte encore jusqu’à l’épuisement, ses gestes sont filmés en grand accéléré, en même temps que la caméra exécute un travelling latéral extrêmement lent. Ces deux vitesses contradictoires créent une impression de folie, de fait Sarah souffre d’un grave désordre mental. Ce plan qui commence par la surimpression d’une horloge frénétique a été obtenu en installant la caméra sur un chariot de travelling qui se déplace à très petite vitesse, entraîné par un système de contrôle du mouvement (motion control) qui permet un mouvement régulier à vitesse infinitésimale. La caméra était équipée, comme pour tout accéléré, d’un moteur à basse cadence. »